linkedin twitter
compass.gif
photo

Fort d’une expérience de plus de 30 années dans le secteur de l’environnement (gestion et traitements des eaux et des déchets), Emmanuel ADLER a développé des compétences dans les domaines suivants :

  • Compostage, Méthanisation et biogaz
  • Epuration des eaux usées et boues d’épuration
  • Evaluation critique de projets et assistance au montage d’opérations
  • Expertises techniques et scientifiques
  • Formations et animation de journées techniques
  • Expert mandaté auprès des Tribunaux

Titulaire d’un doctorat en sciences de l’environnement de l’Ecole des Ponts, ingénieur diplômé d’AgroparisTech (Ecole du Génie Rural, des Eaux & des Forêts) et de l’Université de Stanford (Californie, USA), Emmanuel ADLER est Expert en Environnement, spécialiste de la gestion et des traitements des eaux et des déchets.

Expert assermenté, il est également médiateur reconnu par les juridictions.

Avec plus de 25 ans d'expérience dans divers groupes de services à l'environnement (Suez et Saur) à des fonctions techniques et commerciales, dans les secteurs de l'eau potable et des eaux usées (urbaines et industrielles), en France et à l'étranger (Etats-Unis, Espagne, Vietnam…), Emmanuel ADLER créé en 1997 le Cabinet ACONSULT. Après une phase de développement de la structure dans une activité de bureau d'études (6 salariés et une agence à Bordeaux), l'entreprise évolue en 2001 pour se focaliser sur des missions d’expertise.

Aujourd’hui, avec son réseau de partenaires, Emmanuel Adler intervient pour le compte de clients divers (publics et privés) afin d’identifier et déterminer les solutions appropriées pour des projets liés à la gestion et aux traitements des eaux et des déchets.

Twitter

Membre des associations

Actualité

memoire.jpg

On y est enfin ! Vive le déconfinement post-COVID-19 ? Attention aux raccourcis qui mènent aux précipices, surtout ceux remplis de M..... !

Aussi, pour garder raison, rien de plus sain qu'une vieille histoire de derrière les fagots, qui renifle bon les matières fécales, avec une infection bactérienne (non virale) transmissible par voie aérienne : la tuberculose, l'une des 10 premières causes de mortalité dans le monde, avec en 2018, 10 millions de personnes infectées et 1,5 million de décès (dont 251 000 porteurs du VIH).

Extrait de la Revue d'hygiène et de police sanitaire (éd. Masson - 1901, pp. 84-86), cet article souligne (encore) l'efficacité de la chaux pour la désinfection.

En allemand dans le texte original, l'article analysé est rédigé en 1900 par le microbiologiste Musehold dans la revue Arbeiten aus dem Kaiserlichen Gesundheitsamte (éd. 1900, XVII, p. 56) et s'intitule :

"Ueber die Wiederstandsfähigkeit der mit den Lungenauswurf heransbefórdeten Tuberkelbazillen, in Abwässern, im Flusswasser und im kultivirten Boden", qui se traduit dans la langue de Molière par :

De la résistance des bacilles tuberculeux contenus dans les produits de l'expectoration et arrivés dans les égouts, dans les cours d'eaux et sur le sol servant aux cultures.

document
12/05/2020
Blog
1833_ferments_virus_urinoirs-Toulouse.png

Alors que le premier article rappelait les expériences des docteurs Chantemesse et Richard en 1889, celui-ci remonte encore plus loin dans le temps tout en conservant ses spécificités (caractère scientifique relatif à l'innocuité des déjections humaines). Je vous invite donc à découvrir l'analyse faite par en 1833 à l'Académie des sciences de Toulouse par Charles-Benoît Astier, pharmacien militaire dans une étude étude intitulée "des Ferments et des virus, à propos des urinoirs publics de Toulouse (et du choléra-morbus)".

27/04/2020
Blog
1889 desinfection chaux matieres fecales typhiques.PNG

Premier papier signé du Dr Chantemesse (élève de Louis Pasteur, reconnu pour ses travaux sur la fièvre typhoïde et décédé de la grippe espagnole le 25 février 1919) et du Richard (hygiéniste lyonnais spécialiste de l'assainissement), deux pointures s'intéressent à ce que l'on nommait alors désinfection, et non hygiénisation comme aujourd'hui !

document
23/04/2020
Blog
epandage-boues-pesticides.jpg

Un récent article paru dans Le Parisien montre que les enjeux liés à la valorisation agricole des boues d'épuration et ceux liés à l'utilisation de produits phyto-pharmaceutiques sont intimement liés...

Une nouvelle stratégie pourrait peut-être se dessiner entre les professionnels du retour au sol des boues et compost de déchets ménagers, et représentants du monde agricole ?

document
09/03/2020
Blog

La gestion des déjections humaines, un défi urbain. Soutenance de thèse d'Emmanuel ADLER, 15/1/2020

Inspirée par l’exercice d’une longue activité professionnelle dans le domaine de l’assainissement, et plus particulièrement dans l’épuration des eaux usées domestiques, cette thèse a pour objet d’apporter un éclairage sur les conditions de gestion des déjections humaines dans une double réflexion technique et historique. La problématique étudiée porte sur les conditions d’évolution des systèmes développés par les êtres humains pour soustraire à leur environnement leurs matières excrémentielles. Il s’agit d’étudier un aspect particulier de l’assainissement des villes, et plus précisément les moyens adoptés pour procéder à l’éloignement des déjections humaines. Le sujet est appréhendé depuis les premiers équipements destinés à recueillir les matières solides et liquides, en passant par les conduites et les fosses de stockage, jusqu’aux opérations logistiques d’extraction, de déplacement et de transformation, pour conclure sur la victoire du tout-à-l’égout. Soulevant le voile sur la part de secret qui caractérise tout ce qui touche aux déjections humaines, ce travail tente d’apporter un éclairage nouveau sur ce secteur d’importance, en particulier dans un contexte d’économie circulaire et de transition énergétique. Sur l’échelle de temps d’une part, si la période retenue pour orienter les investigations conduites est relativement longue, couvrant la fin du XVIIIe jusqu’au début du XXe s., c’est parce qu’elle permet d’appréhender l’essor d’une activité aux multiples connexions (techniques, scientifiques, politique publique, justice…). Cet intervalle caractérise une radicale transformation des activités de gestion des matières fécales produites par les habitants des grandes villes. Dans une progression rythmée par des tensions et des crises, le système d’évacuation des déjections humaines de la cité se structure en réseau, contrôlé par un nombre croissant d’acteurs, mais également de procédés techniques, de règlementations, et bien sûr pour en assurer le fonctionnement, de mécanismes financiers. Second point déterminant d’autre part, après l’ancrage chronologique et dans le contexte très centralisateur de la France, la recherche porte géographiquement un intérêt marqué pour la ville de Lyon, qui bénéfice d’un contexte particulier par rapport à Paris, avec la présence du Rhône, et qui est restée jusqu’ici relativement peu considérée sous l’angle des déjections humaines. Pour rendre digeste un sujet caractérisé par la profusion de données et la diversité de systèmes, hier et aujourd’hui, un découpage parmi d’autres a été adopté. Après l’analyse des enjeux techniques, puis des aspects liés à la santé, la thèse aborde les aspects juridiques et financiers de la gestion des matières. A la suite, motivée par une formation d’ingénieur agronome, le travail se poursuit avec la question du devenir des déjections, et plus précisément leurs conditions de retour au sol. La conclusion cherche à mettre en évidence que les conditions d’éloignement des déjections humaines en milieu urbain se complexifient au fil du temps sous l’influence de divers facteurs, avec un processus de mise en œuvre d’opérations supplémentaires de séparation de phases et de créations de nouvelles combinaisons. Mots clefs : excréments, assainissement, recyclage, engrais, vidangeurs, eaux usées, histoire, sciences, fosse d’aisances, circularité, hygiène, boues d’épuration, égout

video
15/01/2020
Publication